Mon Jules ou mon job ? Les résultats.

Publié le par Corinne

:0040: Suite à cet ultimatum volontairement difficile, lancé il y a 15 jours sur ce blog, voici donc une synthèse de vos réponses : 87 commentaires dont 53 exploitables, 5 hommes se sont prêtés au jeu (merci Messieurs !). Alors, qu’en ressort-il ?

Mon boulot d’abord. Vous êtes 12 à laisser tomber Jules sans hésitation pour bâtir votre carrière professionnelle au bout du monde. Les raisons : y en a marre des concessions, ce n’est pas toujours à la femme de céder, rien de pire que les regrets, les rancoeurs et les frustrations, on peut davantage compter sur un boulot que sur un homme, il faut assurer ses arrières des fois que Jules prendrait la tangente...

Mon Jules d’abord. Vous êtes 13 à laisser filer un job en or pour suivre votre amoureux. Pourquoi ? Parce que l’amour c’est ce qui compte le plus dans la vie, parce que vous n’êtes pas carriériste ni motivée par l’argent, parce qu’un boulot c’est éphémère alors que l’homme de votre vie, il est là... pour la vie, parce que vous avez mis longtemps à trouver Jules alors pas question de le lâcher.

Je l’ai fait et je ne le regrette pas. 7 d’entre vous ont tout plaqué pour suivre leur compagnon. Certains gagnaient même mieux leur vie que Jules, mais l’amour a tout balayé. Les raisons : parce que vous étiez jeunes, sans enfants et que c’était maintenant ou jamais, parce que vous étiez sûre de retrouver du boulot n’importe où (en particulier, celles qui sont fonctionnaires), parce que vous y avez vu l’opportunité de rebondir professionnellement ailleurs, parce que vous en avez profité pour vous marier. Certaines espèrent aussi que Jules fera de même la prochaine fois…  A noter que 2 hommes ont suivi leur Juliette et s’en félicite encore aujourd’hui !

Je l’ai fait et je le regrette. 3 d’entre vous sont parties avec Jules, en sacrifiant boulot, famille et amis, et l’avez amèrement regretté. Pourquoi ? Parce que l’homme vous a largué « comme une vieille chaussette », ou parce que vous n’avez pas supporté l’oisiveté, la distance avec votre famille. Et puis, un chiffre pour marquer la réalité d’un choix qui peut tourner à la catastrophe : le taux de divorce des expatriés est supérieur à 40 % au taux de divorce des couples sédentaires (dixit Marie-Hélène, expatriée).

On pèse le pour et le contre. 5 d’entre vous préfèrent lister les avantages et les inconvénients de chacun, avant de se décider.  Et en avant la feuille de papier, on tire un trait au milieu, toi d’un côté et moi de l’autre, et on compare : salaires, possibilité de retrouver un boulot pour celui (ou celle) qui sacrifie le sien, qualité de vie, etc. Au final, il s’agit selon vous de choisir ce qui convient le mieux pour vous deux. Bref, de prendre une décision de couple ! Bon courage !

On en profite pour se tester. Loin des yeux, mais pas forcément loin du cœur. Vous êtes 5 à estimer qu’une séparation ne peut faire que du bien à votre couple. Une « période d’essai » qui mettra à l’épreuve votre confiance et votre amour. Et si la distance brise votre relation, c’est que vous n’étiez pas fait l’un pour l’autre. Simple, non ? A noter que dans certains (rares) cas, c’est Jules qui a craqué et qui est finalement venu vous rejoindre (hé, hé...).

Et pour celles qui ne sont pas plus avancées, voici une citation du Dalaï Lama qui saura peut-être vous aider dans votre choix. "Lorsque tu as une décision difficile à prendre, pose-toi la question de savoir si la décision que tu prends va te rendre heureux. Si la réponse est oui, c’est que tu as fait le bon choix !" (merci Martine).

* pour les fanas de chiffres, mon comptage ne rejoint pas les 53 commentaires exploitables. Le sujet était tellement épineux que chacun y est allé de sa propre histoire, mélangeant ses réactions et des témoignages de copines. J’ai fait le tri comme j’ai pu. Merci pour votre indulgence...

Publié dans Elles s'amusent

Commenter cet article

marouschka 04/02/2007 22:31

Juste envie de rajouter une petite phrase de Ghandi, que je viens de lire sur un autre blog et qui mettra tout le monde d'accord...
"Le bonheur, c'est quand vos actes suivent vos paroles. " (enfin quelquechose comme ça...)
Et je rajouterai : Le bonheur, finalement, c'est quand nos actes sont en adéquation avec nos pensées !!!! Pensées ! Car les paroles ne révèlent pas forcément nos pensées les plus profondes...  :)

Corinne 31/01/2007 21:21

Raphaele, Julie : bienvenue ici et merci pour vos com !

julie 31/01/2007 16:24

Ben moi j'ai laissé filer mon Jules et j'ai gardé mon boulot mais je me demande toujours si j'ai bien fait car la vie toute seule et ben c'est pas si marrant... :-/

Raphaele 31/01/2007 12:22

Ho la la, 40% de divorce en plus chez les expatriés ? Je vais creuser la question, je me sens légèrement concernée :)En tous cas bravo pour cette enquete très instructive.

Corinne 29/01/2007 22:34

@ Casimiri : tu vois, elle a fini par arriver cette synthèse !-)@ Meria : merci pour ton témoignage. Tiens-nous au courant...@ Kheyliana : mais oui, ce n'est pas grave :-)  @ Ann : mais non, ce n'est pas un boulot :-))) c'est un plaisir de lire tous vos témoignages, "d'enquêter" à ma manière sur ce que vous vivez, ressentez.... et de tout vous faire partager ensuite. Oui, tu as raison, la génération celle de nos mères aurait certainement réagi différemment. Peut-être aussi parce qu'elles n'avaient pas le choix. Alors que nous on l'a. Et plus que jamais...@ Amélie : c'est peut-être bien quand on n'a pas d'enfants qu'on a le choix. Après, c'est un peu plus difficile...@ Turquoise bleue : bienvenue et merci pour le lien :-)