Allez au bout de vos rêves : appel à témoignages

Publié le par Corinne

:0016: Ici, je vous propose d'évoquer des virages professionnels à 160 degrés, des réorientations réussies ou ratées. J'en connais quelques uns, mais je compte aussi sur vous pour partager les vôtres ou ceux de vos ami(es) en utilisant le lien "Commentaire" ci-dessous.

Publié dans Elles s'entraident

Commenter cet article

Corinne 26/12/2006 21:22

@ Bridge : merci d'avoir complété votre histoire et publié du coup votre... deuxième post ici :-) Oui la vie est étrange... Un jour, peut-être, comprendrez-vous où elle a voulu vraiment vous amener, ce qu'elle a voulu vous apprendre, vous faire comprendre... La réponse est sans doute dans cet avenir que vous construisez pour vous, avec et pour vos enfants. Bien à vous. Corinne.

Barbara 24/12/2006 12:47

Pour Bridge:Votre histoire est magnifique et ressemble beaucoup à la mienne, dans un autre domaine professionnel. Cela me ferait plaisir d\\\'échanger quelques mails avec vous sur le sujet si ça vous tente. Vous trouverez mon contact mail sur mon site. Bonne chance et bon réveillon.

Bridge 23/12/2006 20:15

Et si, pourtant tout est vrai et encore j'ai édulcoré !!!!
Mais nous avons fait partie de cette époque formidable des "gitans de la mer",nous n'avions pas la peur du lendemain chevillée au corps et tout était possible. C'était une espèce de bohême luxueuse parce que les bateaux étaient beaux, les propriétaires riches et rarement à bord et nous vivions comme des princes.... L'argent comptait moins que la passion et c'était une vie exaltante quand on a 25 ans. Certains de ces équipages n'ont jamais renoncés et continuent leur rêve qui en vieillissant est moins facile, certes !... Nous, à l'époque, nous étions aventureux, un peu inconscients et fous mais nourris aux bouquins de Moitessier, de Tabarly... Nous avons vécu notre rêve avec la conscience de notre chance. Et quand il a fallu renoncer, nous l'avons fait sans trop de douleur parce que nous savions qu'il devait en être ainsi.
J'ai aimé chacune de nos vies, si différentes pourtant. La dernière qui nous a menés jusqu'à la mort de mon mari, je la subissais mais nous nous aimions et nos enfants étaient notre but essentiel. Alors, ça allait aussi... et ça aurait pu continuer comme ça jusqu'à la retraite !.. .Mais voilà, la vie est étrange et j'attends de comprendre pourquoi le chemin de mon mari s'est arrêté en Gironde, un samedi du mois de septembre alors qu'il avait 2 enfants à mener vers l'âge adulte. Et pourquoi maintenant je continue ma route sans lui, avec eux, vers une vie que je vais choisir pour nous, mais que nous n'aurions pas choisie ensemble... parce que son boulot le passionnait trop pour qu'il en change... Etrange n'est-ce pas. Je m'interroge sur cette route sinueuse que j'ai suivie et qui pourtant m'a apporté tant et depuis si longtemps, que ce soit en joie ou en chagrin. Non, c'est sûr notre vie à tous les 4 n'était pas banale et pour lui, en effet, je vais faire en sorte qu'elle continue de l'être. Je tiendrai bon, rassurez-vous, j'ai appris à cette occasion que j'étais plus forte que je ne le pensais !.. Et puis les enfants ont besoin de moi, ai-je seulement un autre choix ?.
Merci de votre réponse et à bientôt, je passe souvent sur votre site mais c'était mon premier post.
Cordialement
Bridge

Corinne 22/12/2006 07:48

@ Bridge, je découvre votre témoignage que je trouve absolument incroyable ! Si incroyable qu'au début j'ai même eu du mal à vous croire... Veuillez m'en excuser... Vos vies successives, vos virages, vos "hauts et vos bas", quelle vie ! Non, bien sûr que vous n'êtes pas une "has-been" à 50 ans ! Je vous souhaite mille fois de trouver votre nouvelle voie en Martinique, une île que j'adore pour y avoir passé deux fois déjà mes vacances. Surtout, surtout, tenez-moi au courant. Et tenez bon aussi, tout simplement, pour vous, pour vos enfants et en mémoire de votre mari... Courage ! Je vous embrassse. Corinne.  

Bridge 22/12/2006 03:53

Tiens, moi aussi, je vais raconter mon histoire et ses divers rebondissements.
Mon premier virage à 160°, je l'ai pris en 1981.
Employée à la sécu et mariée depuis 6 ans avec un garçon charmant mais volage, j'apprends qu'il me trompe depuis longtemps. De colère je décide de traverser l'atlantique sur un grand voilier parce que nous adorons la voile et passons nos été en Corse sur notre petit 9m.
1 mois plus tard, arrivée de l'autre côté de la grande bleue après une traversée magnifique, j'appelle mon mari et lui annonce que j'ai trouvé un nouveau job, que je quitte l'ancien... et par la même occasion, lui aussi !.... Un ange passe, mon ex-mari mettra 5 ans à accepter cette rupture et ma demande en divorce. J'ai 25 ans. S'ensuivent 8 années de croisière charter dans l'archipel antillais, en Méditerranée (baléares, Grèce-Turquie..), en Polynésie, en Baltique, en Mer du Nord... etc... Bref, une vie magnifique de liberté, d'échanges et de rencontres. Nos bateaux sont de plus en plus grands et luxueux et le dernier fera 33 ms. D'employée de bureau, je me retrouve cuisinière-hôtesse mais j'ai le culot pour le faire et je m'en sors pas mal.
En 1983, je rencontre mon second mari, skipper, que j'épouse en 1987. Quand j'arrête le charter, en 1989, parce que j'ai conscience que la voile ne me nourrira pas toute ma vie, que je vieillis et que je ne serai pas toujours au top en maillot de bain, nous nous installons en Martinique où mon mari est chef d'une base nautique, et je me lance dans l'écriture d'un pavé historique qui ne trouvera pas preneur . Cependant j'arrive au bout des 500 pages avec plaisir. Je passe alors un BTS par le CNED pensant que le métier de secrétaire me nourrira toujours, si besoin est. Puis mon mari et moi, adoptons 2 bébés brésiliens qui ont aujourd'hui 11 et 7 ans. Je fais divers job, commerciale dans une agence de voyage, secrétaire d'une base de location de catas, j'adore la vie sous les tropiques...
Mais en 1999, la base des Antilles ferme et nous rentrons en métropole et nous installons près d'un grand chantier naval dans lequel mon mari est cadre et construit ces voiliers sur lesquels il a adoré naviguer. J'écris toujours des romans et des histoires pour enfants qui encombrent ma mémoire d'ordinateur mais ne trouvent pas preneur. Qu'importe, j'adore ça... Je bosse aussi comme pigiste dans un magazine de voile et de déco maison ce qui me laisse du temps pour mes enfants. Ma vie est moins exotique qu'autrefois mais nous sommes heureux.

Et c'est là qu'intervient le second virage de ma vie.
Il y a 3 mois, le samedi 02 septembre 2006, en élagant un arbre de notre jardin, mon mari tombe et se fracture les cervicales. Tué sur le coup. Nos enfants sont présents, ils vivent à la minute près le tourbillon qui soudain nous a secoués et nous bouleverse encore. L'horreur absolue pour eux et pour moi.... Mais bref. Je gère seule ce que nous faisions à 2 et ma préoccupation reste le bien-être de nos enfants que nous avons tant désirés et que je vais devoir élever sans lui.
Parce que je n'aimais pas notre vie ici mais l'acceptais pour mon mari, j'ai décidé de repartir en Martinique à la fin de cette année scolaire. A nouveau je repars à zéro, avec mes petits mais aussi grâce à eux. Nous reconstruire une vie à 3, une vie douce dans laquelle il n'était pas parce qu'ici, le jardin nous rappelle tous les jours son accident et c'est très dur.
J'ai 50 ans tout juste.
J'ai l'impression d'avoir vécu plusieurs vies au cours de ces 25 années, toutes passionnantes et pleines de joies mais aussi de douleurs. Mais je me sens aussi pleine de projets, d'envies de vivre et d'être à nouveau heureuse avec mes 2 petits, de retrouver mes amis restés en Martinique, de faire quelque chose de ma nouvelle vie, avec tout ce que j'ai accumulé de connaissances de l'ancienne.... Je ne me sens pas une has-been, bien au contraire. Je trouve que mon chemin n'est pas ordinaire aussi difficile soit-il, et qu'il m'a énormément enrichie, donné de l'assurance, formée. Et qu'il est loin d'être terminé parce que mes enfants sont jeunes et ont droit à une enfance normale, même sans leur papa au quotidien !
Voilà, en gros, mon histoire pas trop banale. Oui, une vie s'est long et ça nous réserve des surprises pas toujours bonnes mais pourtant, ça vaut vraiment la peine d'être vécu !
Cordialement
Bridge